How I work

J’aime tout particulièrement la rubrique “How I Work” de Lifehacker, parce qu’elle permet en même temps de découvrir des gens qui ont réussi et la façon dont ils travaillent.
Je me prête donc à l’essai ici.

Je suis étudiant en 4ème année de mathématiques, officiellement à l’Université de Sciences de Lyon, et mes techniques de travail ne m’ont pas mené très loin pour l’instant: j’essaie d’entamer un chemin vers plus d’efficacité, et l’un de mes buts actuels est d’être bien placé dans mon Master.

Continue reading

Lifehacks de la semaine en vrac

itunes

  • Secouer vos vêtements avant de les mettre dans le sèche-linge: cela défait les nœuds, qui ralentissent le séchage. (Lifehacker)
  • Supprimer la corvée de sortir le linge du sèche linge en enveloppant astucieusement tout dans une serviette de toilette. (Reddit)
  • Le nouvel Itunes permet d’afficher et d’éditer la liste des chansons suivantes; ainsi que d’accéder à l’historique d’écoute récent. (Lifehacker)
  • Au lieu de mettre au congel une bouteille pleine verticalement, coucher la sur le coté: en la remplissant, vous obtiendrez rapidement de l’eau fraiche.  (Reddit)
  • Mettez en place une alerte Google à votre nom pour surveiller votre présence sur Internet. (Art of Manliness)

Awkwardness in UK

Jeux d'enfants
Parlons un peu d’Angleterre. Et de cet Anglais qui m’a un jour demandé de traduire “Nice to meet you” en Français.
Je me suis senti stupide. Parce que bien sur que c’est traduisible, mais combien de fois j’ai dit dans ma vie “Enchanté de vous rencontrer” ? Même pas une dizaine de fois.

Alors qu’ici, pendant ma première semaine, j’ai facilement dit cette phrase (en serrant la main) à 100 personnes.
C’est assez étrange, mais c’est comme ça que les gens se présentent ici: dès que l’un des deux a dit son prénom, l’autre dit le sien et c’est le “nice to meet you”.
C’est malheureusement la seule convention de salut. À mon grand malheur. C’est à dire pas de serrage de main ni de bise.

Ça peut paraitre futile, mais du coup que ce soit pour dire “Au revoir” ou “Bonjour”, on a le droit à la cour des miracles de l'”awkwardness”, c’est à dire que le “high five” raté est ici quotidien (du moins pour moi).

De la même façon, c’est à ma propre appréciation que je décide comment saluer les filles, et bien souvent ça résulte à rien de spécial.

La bise me manque.

Mais ce n’est pas qu’un léger changement d’habitude, compte tenu que pour 75% des gens que je connais ici les échanges ne vont pas vraiment plus loin quand on se croise: en France, serrer la main ou fait la bise (vu que c’est comme ça que ça se passe) nécessite de véritablement s’arrêter au niveau de la personne. Et du coup de commencer une discussion.
Ici, je peux croiser 15 personnes qui vont de dire “How is it going ?”, mais qui serons 3 mètres derrière moi avant que j’ai pu réfléchir à une réponse.

Je m’adapte.