Albert Camus – Noces (1939) (+ l’Été)

Je pense qu’il me faudra un moment avant de me remettre de L’Envers et l’Endroit : les paraboles et les récits de voyage entrelacés m’ont profondément touché. Le même style se retrouve dans Noces, mais il est cette fois-ci beaucoup plus contemplatif. J’étais tout de même ravi de découvrir une nouvelle fois l’amour de Camus pour le soleil, la mer, le bonheur simple d’une présence au monde ; ce fut de plus grand secours alors que j’arrivais dans un Montréal glacial.

Mr. Maciej, par Peter Zeglis

Mr. Maciej, par Peter Zeglis

Continue reading

Montaigne – Essais I (1588)

  Je ne me mêle pas de dire ce qu’il faut faire au monde, d’autres assez s’en mêlent, mais ce que j’y fais. “Tel est mon usage, pour toi, fais comme il te convient” [Térence] (XXVIII,  De l’Amitié)

Les compagnons de Demosthenes en l’ambassade de Philippus, louaient ce Prince d’être beau, éloquent, et bon buveur : Demosthenes disait que c’étaient louanges qui appartenaient mieux à une femme, à un avocat, à une éponge, qu’à un Roi. (XL, Considérations sur Ciceron)

Dans son cours consacré à Montaigne, Michel Onfray insiste de nombreuses fois sur le fait que l’auteur d’une des œuvres majeures du XVIème siècle a toujours affirmé préférer les sorties à cheval ou les discutions avec un “honnête homme” que la lecture d’un livre ; et j’étais surpris de l’entendre défendre le divertissement si celui prévient le malheur : intrigué par l’exotisme de ces deux points de vue, et avec 3 séjours à Montréal en perspective, j’achetais les Essais et m’attaquait au premier volume en arrivant au Canada.

Rob Ryan, look closer and closer

Rob Ryan, look closer and closer

Continue reading

Saint-Exupéry – Terre des hommes (1939)

Dans ce livre, Saint-Exupéry apparait comme une figure de la phrase de Bergson : “Il faut agir en homme de pensée et penser en homme d’action.” À travers le récit de rencontres, de voyages ou d’accidents qui l’ont touché lui ou des amis, il livre sa vision du monde comme il la sent façonnée par son travail, aviateur pour l’Aéropostale.

Si je cherche dans mes souvenirs ceux qui m’ont laissé un goût durable, si je fais le bilan des heures qui ont compté, à coup sûr je retrouve celles que nulle fortune ne m’eût procurées. p35

Continue reading