Lyon : lieux non-policés

Dimanche dernier j’ai eu l’occasion participer à la soirée de soutien au site d’infos alternatives lyonnais Rebellyon : 4 groupes, de la bière, des frites, et un jacuzzi vide. Si la newsletter de Grrrnd Zero permet de trouver des évènements dans le genre, il est facile de passer à coté si on ne suit pas les bonnes personnes/assos : en voila quelques-unes.

 

Gaëlle Loth pour Bricoloc #39

Reset : une contre-histoire de Lyon

Reset est pour moi le projet littéraire le plus ambitieux à Lyon cette année : chaque mois, un auteur lyonnais publie, en collaboration avec Le Feu Sacré Éditions, une courte nouvelle qui prend pour cadre Lyon et fait parler la ville. Après 7 publications (pour 12 en tout), ma préférée est celle de Tristan Perreton, qui raconte les pensées d’un “Opérateur de démolition” : on appréciera le talent que les auteurs de Reset investissent à inscrire leurs récits dans la ville, autant qu’ils le sont eux-mêmes. Autour de Reset gravitent d’autres projets que je vous invite à découvrir : L’incontournable Magazine (même si le projet s’essouffle ces derniers mois), le Cercle de la Boétie, le Korova bar. [si ça peut attirer le chalant, la première nouvelle de Reset est signée par Ludovic Villlard, aka Lucio Bukowski]

Le Cri de l’encre et Barbapop

Je les met dans le même sac parce que tout deux sont à l’origine de ce qui restera pour moi l’évènement le plus époustouflant de l’année : la kermesse de la Bricoloc. Le 23 novembre, tout un chacun était chaleureusement invité dans une coloc, dans le quartier de la Guillotière : un après-midi extraordinaire à écouter du marimba, du yukulélé, des documents sonores, et à profiter d’une des trop rares apparitions de la Fanzinothèque du Cri de l’Encre. Barbabpop est à suivre (en RSS) parce qu’il organise tout ce qu’il lui passe par la tête, concerts/expos/projections dans des endroits forts sympathiques ; suivez le Cri de l’Encre car en plus de quelques expositions au cours de l’année, sa Fanzinothèque est l’expérience la plus marquante de la micro-édition que vous pouvez faire à Lyon (avec le Salon des Éditions libertaires).

Les galeries

Même si Lyon possède de très bonnes galeries d’art (article à venir), peu s’affranchissent cette camaraderie entre artistes et initiés qui gardent les novices à l’écart. Pourtant 3 lieux proposent un atmosphère véritablement différent.

En séparant le lieu en deux parties, le propriétaire de la Galerie des Pentes propose à la fois une découverte approfondie de l’artiste en exposition (j’ai adoré Survivances) et un très sympathique papillonnage entre les artistes de l’Art-Shop (dont l’excellent Fred Mars Landois) : le renouvellement fréquent de chacune des pièces fait de la galerie un lieu par lequel j’aime faire un détour, vernissage ou non. Après que le galeristeai fait de la galerie une résidence permanente pour son duo Romuald & Pj, l’Art-shop s’est en quelque sorte transformé en un lieu d’accueil pour les œuvres qui traitent du corps et de la sexualité en dépassant d’inutilement obscène, quitte à être outrageusement sensible (La disparition).
Secret Art Place restera ma découverte favorite cette année : dans son appartement, un ancien galeriste parisien accueille de artistes pour des vernissages en très petit comité. Vous êtes accueilli comme un ami, l’accrochage des œuvres laisse à penser que l’appartement a été conçu pour l’occasion et avec un peu de chance vous pourrez vous en griller une sur le balcon avec l’artiste qui répondra à vos questions. Lieu favori parce qu’exposition favorite, celles des sculptures de Romain Langlois (ma bafouille sur MIIY), talonnée de près par Harry Matenaer et Olivier Tops, ahurissant.
Et enfin Chasseurs d’influence : avec rarement plus de 15 personnes lors des lancements de vitrine, c’est toujours l’occasion de rencontrer l’artiste, dans des styles aussi divers que la fable mythologique pop-up et des pénis en crochet.

D’autres lieux

D’autres lieux dont je n’ai pas grand chose à dire, si ce n’est qu’ils proposent souvent  des choses bien particulières et qu’ils sont à suivre l’année prochaine.

J’ai fait le tour de ce que je connais, les plus curieux pourront jeter un coup d’œil du coté du Gœthe Institut, du Couac et du Cinéma Préhistorique, que je connais sans connaitre. Et soyez sur de passer à la CGDPP.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s